LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Femmes battues

Cologne : Se taire face aux violences envers les femmes c'est autoriser leur reproduction

REGARDS DE FEMMES dénonce les violences sexuelles perpétrées à l'encontre de femmes dans la soirée du 31 décembre 2015 à Cologne et la réaction ignominieuse de la Maire de cette ville qui a appelé les femmes à respecter un code de conduite et "une certaine distance, plus longue que le bras" avec les inconnus, pour se protéger d'éventuels assauts.

Considérant ainsi tous les « inconnus » comme des prédateurs sexuels et les femmes comme responsables des violences sexuelles subies !

Il convient de rappeler qu'en Allemagne la prostitution est légale. Les personnes prostituées qui exercent dans les rues de Cologne payent une taxe à la municipalité (En 2009, cet impôt aurait rapporté 800 000 euros[1] à la municipalité) auquel il faut ajouter les taxes perçues sur les activités des bordels, les plus grands d'Europe, certains se vantant d'avoir la visite de 1 000 clients par jour).

Ceux qui prétendent qu'abolir le système prostitueur augmenterait les violences sexuelles envers les femmes ont ici la preuve de leur erreur. Ce n'est que par l 'éducation des filles et des garçons au respect de leur corps et de celui de l'Autre et en affirmant l'interdit par la loi de l'achat d'actes sexuels que l'on pourra lutter efficacement contre les agressions sexuelles. Le corps des femmes n'est pas un objet sexuel à la disposition du bon vouloir des hommes.

Se taire face aux violences envers les femmes, c'est autoriser leur reproduction et leur multiplication.

Il convient également de s'interroger sur l'omertà qui a suivi ces exactions sous prétexte que ce seraient des migrants qui les auraient commises. La machocratie monte encore d'un cran, en utilisant comme d'habitude le terme d'islamophobie pour faire taire celles et ceux qui dénoncent des agissements délictuels et criminels. Après avoir abandonné les filles et les femmes de confession et de filiation musulmane dans les quartiers à la merci des obscurantistes qui les contraignent à sortir voilées si elles ne veulent pas être agressées, l'escalade se poursuit ainsi.

Il ne faudrait pas dénoncer ces violences, cela risquerait de créer des « amalgames ». Qui fait les amalgames ? Celles et ceux qui dénoncent les comportements des auteurs des violences ou celles et ceux qui refusent de les dénoncer parce que ce seraient des migrants, considérant que si certains se comportent ainsi cela signifierait que tous les migrants font de même ?

Le long silence des autorités locales et fédérales a fait le jeu des extrêmes droites alors que, comme tous les obscurantistes, leur premier objet de peur, et donc de haines, est l'autonomie des femmes.

Michèle Vianès


[1] cf. lien

 Lien : http://rue89.nouvelobs.com/2011/08/31/allemagne-un-horodateur-pour-pouvoir-faire-le-tapin-220065

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71