LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Liberté, Egalité, Fraternité... Laïcité

Campagne SOS SEXISME sur la transmission du nom

SOS SEXISME' mène une campagne exemplaire sur la question symbolique et fondamentale de la transmission du nom afin d'obtenir :(1) la suppression du véto de l’époux, privilège inadmissible et discriminatoire maintenu dans la loi de 2003 sur le nom de famille, malgré les injonctions répétées de la CEDAW à la France…(2) de promouvoir la possibilité -pour les adultes qui en font la demande- de choisir entre les noms de leur père (patronymique et matronymique) et de leur mère (patronymique et matronymique), (3) de permettre aux divers membres d’une ‘fratrie’ de porter des noms différents, dans le but de ne pas privilégier les patronymes au détriment des matronymes(4) interdire à toute femme mariée de substituer le nom de son époux au sien, et cela de façon définitive et rétro-active.


Lire l'intégralité de la lettre ci-dessous:


Lettre ouverte aux Députées socialistes et apparentées

Paris-Meudon, 8 avril 2013,


Madame la Députée,



Militante depuis une quarantaine d’années pour les droits des femmes, mon combat a porté essentiellement sur les points énumérés ci-dessous :



Ø Lutte contre les violences faites aux femmes (Contre la prostitution. Pour aider les femmes battues >> ‘SOS Femmes’. Première équipe féminine de karaté self-défense. Campagne internationale ‘Les femmes demandent réparation’. Non au port du voile islamiste. (Etc.).

http://www.sos-sexisme.org/luttecontrelesviolences.htm
http://www.sos-sexisme.org/campagneintlesfemmes.htm

Ø Lutte pour la féminisation du langage.
http://www.sos-sexisme.org/luttepourlafeminisation.htm

Ø Lutte contre le sexisme (premier des racismes) >> ‘SOS Sexisme’.
http://www.sos-sexisme.org/luttecontrelesexisme.htm

Ø Lutte pour la transmission du Matronyme.

Transmission du nom

Le matronyme et le P.S.

Lettre au Référendaire

Propositions pour un argumentaire devant la CEDH

Le matronyme accouché au forceps


C’est dans le cadre de ce dernier engagement -d’une importance primordiale pour l’émancipation pleine et entière des femmes- que j’ai l’honneur de solliciter votre attention et d’espérer votre compréhension et votre solidarité active, car une Loi est nécessaire pour établir, définitivement, l’égalité femme/homme dans l’essence de ce qui constitue leur identité propre et profonde : leur nom.


Mon combat actuel découle de celui que j’ai initié (avec quelques membres et sympathisantes de SOS Sexisme) devant la CEDH puis la CEDAW (2000-2008) pour la reconnaissance du matronyme. Il constitue son aboutissement logique.


Seule une majorité ouverte au progrès et à l’Egalité effective entre les Femmes et les Hommes, est capable de l’appréhender à sa juste valeur et d’intervenir sur ce dossier difficile mais fondamental.

Des élues intéressées par ce sujet -spécialistes du droit ou non- devront répondre aux nombreux défis qui se posent encore. Je suis consciente que les réactionnaires misogynes seront à l’affût pour les intimider et tenter de les faire reculer ou renoncer… La Loi sur le ‘Mariage pour tous’ a mis en évidence une Assemblée Nationale qui ressemblait à une arène, dans laquelle certains hommes perdaient toute dignité et toute retenue (leur comportement évoquait, pour les plus anciennes, les réactions venimeuses à l’égard de Madame Veil qui défendait le droit à l’IVG). Il est nécessaire et justifié :


* D’obtenir la suppression du véto de l’époux, privilège inadmissible et discriminatoire maintenu dans la loi de 2003 sur le nom de famille, malgré les injonctions répétées de la CEDAW à la France…

* De promouvoir la possibilité -pour les adultes qui en font la demande- de choisir entre les noms de leur père (patronymique et matronymique) et de leur mère (patronymique et matronymique), pour constituer le nom de famille qu’ils désirent transmettre à leur descendance.

* De permettre aux divers membres d’une ‘fratrie’ de porter des noms différents, dans le but de ne pas privilégier les patronymes au détriment des matronymes.

* D’interdire à toute femme mariée de substituer le nom de son époux au sien, et cela de façon définitive et rétro-active.

Puisque aucune loi anti-sexiste -à laquelle les femmes pourraient se référer pour leur défense- n’a été promulguée au cours des décennies passées (malgré les nombreuses interventions des féministes, dont celles de SOS Sexisme), il apparait urgent que les députées se mobilisent pour remédier au déficit dans la transmission du matronyme, par rapport au patronyme.


Je vous remercie de légiférer durant cette mandature où la ‘gauche’ est au pouvoir, pour faire en sorte que le nom des femmes devienne indépendant de leur statut marital et qu’il soit garant de leur identité au cours de toute leur vie, comme c’est le cas pour l’autre sexe depuis plus de deux cents ans !


Croyez, Madame la Députée, à l’assurance de mes sentiments dévoués.



Dre Michèle Dayras

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71