LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Liberté, Egalité, Fraternité... Laïcité

Après la condamnation de Fanny, comment être efficace ?

mardi 14 octobre 2008

Dès la publication de notre numéro spécial, mercredi soir, nous avons été submergés de réactions indignées, qu’on peut résumer ainsi : « C’est honteux, c’est scandaleux, dites-nous ce qu’on peut faire ? ».

Ce dimanche, la propriétaire du Gîte des Vosges, toujours aussi admirable de pugnacité, avait tenu, à Paris, à réunir toutes les personnes qui l’avaient aidée, financièrement et moralement, depuis ces deux années. Une bonne partie de la rédaction de Riposte Laïque était présente à cette initiative conviviale organisée autour d’un pot et d’un buffet campagnard.

Nos lecteurs ont été ravis de voir qui étaient les Pascal Hilout, Christine Tasin, Annie Sugier, Radu Stoenescu, Pierre Cassen, Anne Zelensky, Rosa Valentini, dont ils lisent les articles toutes les semaines. Nous fûmes très heureux de voir qui étaient les Pierre, Aimée, Pascal et d’autres lecteurs avec qui nous avons souvent communiqué, depuis plus d’un an, sans jamais se rencontrer.

Spontanément, une discussion s’est engagée entre les participants qui tinrent à faire savoir leur solidarité à Fanny et leur attachement à notre journal.

Après avoir écouté des dizaines d’interventions, et Fanny, notre journal a fait plusieurs propositions.

SOLIDARITE FINANCIERE

Nous avons déjà organisé une première solidarité financière pour que Fanny puisse payer son nouvel avocat. Mais aujourd’hui, il faut faire face aux dommages et intérêts, qui se montent à 4000 euros, somme énorme pour Fanny, qui est ruinée, suite à cette affaire. Certes, la loi lui interdit de solliciter des dons pour payer une condamnation judiciaire et elle ne le fera pas. Mais rien n’interdit Riposte Laïque de solliciter vos dons pour aider Fanny, qui n’a actuellement pas d’emploi, à rebondir dans la nouvelle vie qu’elle entend mener. C’est donc ce que nous proposons d’abord. Envoyez vos chèques à Riposte Laïque, 81, rue Jean de Bernardy, 13001 Marseille.
ORGANISER DES REUNIONS PUBLIQUES

Nous avons remarqué le grand silence des médias sur ce jugement. Certes, la crise financière prend beaucoup de place, mais nous sommes convaincus que la vraie explication n’est pas là. De nombreux journalistes (et l’exemple de ceux de l’Est Républicain est édifiant), sont idéologiquement hostiles à la laïcité, et ne veulent pas voir la gravité de l’offensive de l’islam et du voile, en France et dans toute l’Europe. Nous enverrons donc à tous nos contacts amis, en France, une proposition leur demandant d’organiser une réunion publique, avec conférence de presse, pour populariser les enjeux de la condamnation de Fanny Truchelut, et mobiliser l’opinion. Nous allons essayer, dans les jours qui suivent, de monter, sur Paris, une première conférence de presse, autour de ce verdict scandaleux.
INTERPELLER LES DEPUTES

Deux députés, Jacques Myard et Françoise Hostalier, ont déposé chacun un projet de loi, qui va dans le sens de notre combat. Le député-maire de Maisons-Laffitte, qui a répondu à nos questions dans l’interview de la semaine, affirme qu’aucune prescription religieuse ou culturelle ne peut autoriser quiconque à voiler totalement son visage sur la voie publique, et propose de légiférer pour mettre fin à cela. (1) L’ancienne ministre, qui s’appuie sur la signature de soixante députés, présente une proposition de loi visant à interdire le port de signes ou de vêtements manifestant ostensiblement une appartenance religieuse, politique ou philosophique à toute personne investie de l’autorité publique, chargée d’une mission de service public ou y participant concurremment (2).

Nous pensons que, quelles que soient certaines limites de ces deux projets de loi, ils ont le mérite d’exister, et qu’ils démontrent la nécessité d’un grand débat national, sur la définition de l’espace public et de l’espace privé. Nous vous proposons donc une lettre type, à envoyer à vos députés, afin qu’ils appuient les propositions de loi des deux députés et qu’un grand débat national sur la protection de l’espace public, face à une agression d’un type nouveau, s’ouvre sans délai, dans l’esprit de la commission Stasi et de la commission Debré
NOUS NE POUVONS COMPTER QUE SUR NOUS-MEMES

Nous devons être lucides sur la situation. Nous avons des ennemis, les islamistes, puissamment organisés. Non seulement personne n’ose leur tenir tête, mais leur offensive est accompagnée par des officines comme la Halde, qui nous coûte 11 millions d’euros par an, la LDH et le Mrap, à qui de nombreuses subventions permettent de payer un nombre de permanents sans commune mesure avec leur nombre d’adhérents.

Les associations laïques nationales sont tragiquement aux abonnés absents devant l’offensive des fous d’Allah, à l’exception de quelques structures locales, comme l’Ufal de Seine-et-Marne qui, à Champs-sur-Marne, a su, grâce à une mobilisation exemplaire de l’ensemble d’un quartier, faire fermer une salle de prière clandestine, qui s’installait illégalement au cœur d’un quartier. De nombreux élus locaux, de droite comme de gauche, achètent leur élection en alimentant, avec nos sous, les associations cultuelles. Nicolas Sarkozy, avec son concept de laïcité positive, veut en finir avec le non-financement des cultes. Il ne fait que dire tout haut ce que la presque totalité de la gauche pense. La pensée laïque officielle, sur les plateaux de télévision ou dans les médias, est celle de Caroline Fourest ou de Catherine Kintzler, qui ne mesurent absolument pas que les conséquences de leur discours sont aujourd’hui une aubaine pour les islamistes.

Face à cette puissante machine, Riposte Laïque et ses lecteurs ne sont qu’une toute petite PME, avec des rédacteurs bénévoles - qui travaillent par ailleurs - et des lecteurs qui nous lisent et nous écrivent. Mais nous avons la conviction que nos propos incarnent la pensée profonde d’un peuple dont les ancêtres ont bataillé des siècles durant pour cantonner l’Eglise catholique dans son seul rôle de religion, en dehors du politique. Historiquement, dans nos gênes, nous avons le souvenir de la férocité de cette bataille. Nous ne pouvons concevoir que l’islam reprenne aujourd’hui un tel flambeau, que les voiles et les burqas se multiplient, qu’un discours communautariste se substitue aux lois de la République, et que l’on concède aux fous d’Allah ce que l’on a arraché aux fous de Dieu. Nous sommes convaincus que chaque citoyen de ce pays sent qu’à travers cette offensive, c’est une régression de l’ensemble de la société qui se met en place.

L’initiative de Jacques Myard et Françoise Hostalier va dans le bon sens. Nous savons que des personnalités comme Corinne Lepage ou Yvette Roudy, des députés comme Nicolas Dupont-Aignan ou Marc Dolez ont signé la pétition impulsée par Michèle Vianes, demandant l’interdiction de la burqa en France, et l’interdiction du voile pour les mineures, et à l’université. Nous avons entendu la philosophe Elisabeth Badinter tenir des propos, sur RTL, qui ont toute leur place dans Riposte Laïque (3). Nous savons que des philosophes comme Pierre-André Taguieff ou Robert Redeker partagent notre combat. Nous entendons à la télévision, Eric Zemmour tenir tête courageusement, et souvent seul, à tout le discours de la bien-pensance, pour défendre des valeurs laïques et républicaines. Nous savons, malgré les medias qui veulent nous ignorer, que nous ne sommes pas si minoritaires que cela. Nous n’avons pas l’ombre d’un doute : si le gouvernement avait le courage d’organiser un référendum, pour cantonner le port du voile et tout signe religieux dans les seuls lieux de culte, il serait voté majoritairement par les électeurs.

Certes, nous ne sommes qu’un modeste média, mais nous ne doutons pas du bien-fondé de notre lutte. Nous savons que nous sommes très lus, et que nos textes circulent abondamment. Nous n’avons pas peur d’être qualifiés de « politiquement incorrects ». Nous sommes vaccinés depuis longtemps face aux amalgames visant à nous faire passer pour des « racistes », voire des « fascistes ». Avec nos moyens actuels, nous comptons mener, autour de la condamnation inique de Fanny Truchelut, la bataille des idées. Nous la mènerons sans concession, car nous savons qu’elle est incontournable, et que les faits nous donneront rapidement raison.

Voilà pourquoi nous comptons sur vous, car vous êtes notre principal atout. Faites-nous connaître, relayez notre combat, interpellez votre député, invitez-nous, faites-nous inviter, donnez-nous des moyens financiers, apportez-nous votre témoignage…

Pour aider Fanny, pour renforcer notre combat contre l’obscurantisme, nous avons besoin de vous tous !

(1) http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1121.asp

(2) http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1080.asp

(3) http://www.rtl.fr/fiche/2126528/burqa-la-liberte-religieuse-n-est-pas-absolue-selon-la-halde.html


L’EDITO DE CYRANO Numero 60 : Edito

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71