LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Liberté, Egalité, Fraternité... Laïcité

Le Haut Conseil à l’egalité lance les premières Journées du matrimoine

Le Haut Conseil à l’egalité lance les premières Journées du matrimoine, pour favoriser l’émergence d’un héritage culturel commun.

Ce week-end, des initiatives allant à rebours de cette conception de la culture sont lancées par plusieurs associations engagées dans la mise en lumière de l’héritage culturel des femmes. Cette année, Paris et Toulouse seront ainsi les scènes des premières Journées du Matrimoine, qui consacreront des œuvres de femmes artistes. Le Mouvement HF, qui œuvre pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture et l'association Osez le féminisme ! organisent ainsi des actions à Paris et à Toulouse de découverte ou de redécouverte des femmes artistes.

L’enjeu qui sous-tend ces actions, c’est bien la reconnaissance du "matrimoine", et ainsi la création d’un héritage culturel commun, construit par les femmes et les hommes.

HCEfh - La lettre
par Danielle Bousquet
Présidente du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes

Edito #12 - Les Journées du Matrimoine, favoriser l’émergence d’un héritage culturel commun

Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015 se dérouleront les 32e Journées européennes du patrimoine. C’est l’occasion pour le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes de pointer l’existence d’inégalités entre les sexes dans la culture, et de mettre en lumière les initiatives parallèles qui font jour.

La culture comme lieu de reproduction des inégalités genrées

La culture est le reflet des inégalités entre les femmes et les hommes, et contribue à la perpétuation de ces inégalités. Elle a ceci de particulier qu’elle reproduit des inégalités dans la création, mais également dans les représentations des femmes et des hommes. L’histoire transmise est bien une histoire "patrimoniale", c'est-à-dire la transmission de l’héritage culturel des pères.

Les premières Journées du matrimoine, pour favoriser l’émergence d’un héritage culturel commun

Ce week-end, des initiatives allant à rebours de cette conception de la culture sont lancées par plusieurs associations engagées dans la mise en lumière de l’héritage culturel des femmes. Cette année, Paris et Toulouse seront ainsi les scènes des premières Journées du Matrimoine, qui consacreront des œuvres de femmes artistes. Le Mouvement HF, qui œuvre pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture et l'association Osez le féminisme ! organisent ainsi des actions à Paris et à Toulouse de découverte ou de redécouverte des femmes artistes.

L’enjeu qui sous-tend ces actions, c’est bien la reconnaissance du "matrimoine", et ainsi la création d’un héritage culturel commun, construit par les femmes et les hommes.
L'ambition d'un héritage culturel mixte et égalitaire : le premier "midi-minuit du matrimoine" le 19 septembre à Paris

Plusieurs associations féministes organisent le "Midi-minuit du Matrimoine" Samedi 19 septembre à Paris, pour mettre en avant les créatrices du passé et leurs œuvres. A l’« héritage des biens culturels transmis par les pères », l’association souhaite substituer un héritage culturel commun, mixte et égalitaire.

Pour HF, qui œuvre pour l’égalité dans les arts et la culture, l’enjeu est à la fois de construire une histoire pour les femmes et de donner aux jeunes générations un regard neuf sur leur histoire.

Osez le Matrimoine! à Paris et Toulouse

Osez le Féminisme ! organise, en partenariat avec le Mouvement HF, des parcours à Paris et à Toulouse pour rendre visibles les femmes oubliées des lieux emblématiques de ces deux villes. Alors que 95% de l’héritage culturel est constitué d’œuvres créées par des hommes, Osez le Féminisme ! souhaite en effet mettre en lumière le pan de notre héritage transmis par des femmes.

Où sont les femmes dans la culture ?

En 2006, le rapport Reine Prat révélait à grand bruit la place prépondérante des hommes dans tous les postes clés du secteur culturel. Dans la 4ème édition de sa brochure « Où sont les femmes ? », la SACD montre que nous sommes encore loin d'une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans la culture.

Pour rappel, en 2013, 17% des réalisateur.rice.s au cinéma et à la télévision sont des femmes et 4% des concerts et opéras sont dirigés par des femmes.

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71